top of page

Davide Tardozzi, Pecco Bagnaia et Michele Pirro font le point sur la nouvelle Ducati.



S'il y a bien une chose qui a satisfait les membres de Ducati lors du test de Valence, c'est que la GP24 est bien née.


A comparer avec la naissance de la GP23 qui avait été beaucoup plus compliquée l'année passée. A partir de cette base, les ingénieurs de Ducati vont à présent avoir tout l'hiver pour peaufiner le tout et travailler sur les quelques points à améliorer.


Pecco Bagnaia :



Les ingénieurs peuvent être satisfaits de leur travail car ils ont réussi à produire un nouveau moteur qui fonctionne au moins aussi bien que l'ancien et dans certains domaines j'ai eu de meilleures sensations. Nous devons encore améliorer nos performances, mais nous avons le temps pour cela. L'année dernière, nous avons quitté Valence sans être vraiment convaincus de beaucoup de choses, c'est pourquoi nous avions tant de travail à faire en Malaisie.


Michele Pirro :



Ne vous attendez pas à des choses que vous pourrez saisir visuellement. On ne peut pas bouleverser la moto, je ne pense pas que ce soit le cas au vu des résultats. Mon souci n'était pas d'aggraver ce que nous avons, car cela fonctionne très bien. Vous verrez quelque chose de plus important à Sepang, maintenant nous devons juste célébrer et ne pas gâcher le test.


Nous avons essayé de comprendre les choses qui n'ont pas fonctionné et qui n'ont pas plu, ce n'était pas qu'une seule chose. Les données que nous avons collectées servent à éviter certains problèmes et à essayer de s'améliorer dans certains domaines.


Certains pilotes n'ont jamais piloté de Ducati et cela ne sert à rien de les faire rouler une moto qu'ils ne piloteront pas, c'est juste une perte de temps. C'est bien de travailler sur un seul prototype, car ce qui fait la différence, c'est quand on s'habitue à la moto qu'on a. Cela ne sert à rien de le laisser essayer une mot qu'ils n'auront pas, même s'ils y trouvent du positif.


Mieux vaut s'adapter à ce qu'on a plutôt que de penser à changer. Nous avons vu Di Giannantonio lors des dernières courses, il était compétitif avec une moto non évoluée, car il s'est adapté et avait un ressenti fou .


Davide Tardozzi :



Nous avons quelques petites nouveautés et une importante : le moteur. Nous travaillons toujours sur l'évolution, Michele Pirro a fait un excellent travail, surtout entre septembre et octobre lors des derniers tests. Désormais, les retours des pilotes officiels, dont les pilotes Pramac, sont importants, ils seront utiles aux ingénieurs durant l'hiver pour arriver aux essais de Sepang de la meilleure façon possible.


Nous essayons d'améliorer les points faibles, mais ne négligeons pas les points forts. Au freinage, nous sommes parmi les meilleurs, mais cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous améliorer ici aussi. Nous travaillons à 360 degrés sur tous les domaines.


Que pense t'(il de l'arrivée de Marc Marquez?


Le sourire de Marc dit tout, on ne peut s'empêcher d'avoir du respect pour les capacités sportives de ce garçon. L'octuple champion du monde n'est pas en cause, la gamme Ducati de l'année prochaine est vraiment compétitive. Nous avons de la chance et j'espère que nous gagnerons également le Championnat du Monde Moto GP 2024.


Et un mot sur Pecco?


Il faut cependant rendre hommage au champion en titre, non seulement pour ses performances, mais aussi pour ses indications en termes d'évolution. En 2022 et 2023, il a donné un tournant à la moto, il a aidé les ingénieurs avec son flegme et sa colère et tous les autres pilotes Ducati apprécient ses capacités.

49 vues1 commentaire

Comentarios

No se pudieron cargar los comentarios
Parece que hubo un problema técnico. Intenta volver a conectarte o actualiza la página.
justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page