• Ouro

Une pépite!!!

salut à tous les loulous,

Je vous raconte ma vie, je suis parti quelques jours en sud Bretagne avec ma douce moitié pour changer d’air ( et gober accessoirement quelques huîtres ai si que faire bombance de fruits de mer !). Je reste volontairement discret sur le lieu exact, vous allez comprendre pourquoi ( le net a de la mémoire…)

Or donc, je me balade dans mon petit port de villégiature et je tombe sur un très brave homme ( appelons le Louis, mais son prénom est Michel).

Ce brave homme, ancien tourneur ajusteur, avait sorti une partie de sa collection devant chez lui, une collection étonnante, vous en jugerez par vous mêmes. Féru de mécanique, motard, et qui roule toujours malgré ses 78 ans.


Voici que mon bon Louis se met en tête de me barrer l’histoire de Ducati. J’ai omis de vous dire qu’il est féru d’italiennes et de françaises, les anglaises n’étant pas assez nobles pour lui ( du matériel agricole le dit il) et les japonaises vraiment basiques ( s’ils avaient voulu se donner un peu de mal, rajoute t il, ils auraient pu faire de grandes choses!!!)

Mais que collectionne t il réellement? Et bien ça, et je dois dire que je n’en avais jamais vu:



Oui, vous voyez bien: des bicyclettes avec un moteur, mais pas n’importe lesquelles: des Ducati!!!




Un petit mono 4 temps précurseur de ce que la marque allait devenir.

Notez la gravure de la marque sur ce moteur, tout en alu, à l’époque où on moulait pas sous pression. Tout a la louche, me dit il!


Je pensais que c’était des Derny, ces drôles d’engins qui servent à faire prendre de la vitesse aux cyclistes sur piste. Que nenni, me dit il, c’est véritablement l’ancêtre de la mobylette mais avec un moteur 4 T, 25 ans avant la Honda Amigo. Et bien plus sophistiquée.

Louis est alors parti dans des explications techniques qui me dépassaient, me parlant des soupapes de ce moteur qui annonçaient la distribution desmodromique.


Vous pouvez voir ici, au dessus du boulon la tige des soupapes. De l’orfèvrerie…

Pour les connaisseurs, la cylindre n’a qu’une cote, avec changement du piston tous les 50 000km. Louis a un exemplaire qui approche les 75000kms… Quand je vous disais qu’il roulait.

On sait aujourd’hui que Gigi n’a rien inventé, il a simplement remis au goût du jour des solutions techniques usitées il y a longtemps ( ailerons aeros sur le carénage, dispositif de compression de La Fourche pour le départ reprise sur les motos de supercross du début des 90’s), mais il l’a fait avec talent.

Parfois nous voyons passer des photos du poste de pilotage des motos de GP et nous nous demandons comment font les pilotes… La aussi, rien n’a été inventé;


Cinq leviers différents à la poignée gauche!


Autant sur la poignée droite


Pignonnerie double, une pour les pedales ( avec 5 vitesses siouplé) et une pour le moteur.



Vous noterez le petit tete de fourche maison ( fait par Louis avec une casserole!! Il a des mains en or ce gars!). Je lui ai demandé l’utilité du truc et la, ses yeux ont lancé des éclairs d’enfance: ça sert à rien mais ça fait compet me dit il


Je ne sais plus qui avait dit qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, mais il avait bien raison.

J’ai laissé la blonde aller au marché et je suis resté deux heures avec Louis.

Je n’ai pas vu le temps passer.

Merci Louis, merci d’exister, merci de ta passion, merci de ta pédagogie et merci de m’avoir fait revivre mes 8 ans, quand tout ce qui avait 2 roues et un moteur me transportait.

J’ai vécu un moment que je garderai longtemps dans ma memoire ps: mille pardon pour la qualité moyenne des films et photos.

110 vues12 commentaires