top of page

Tardozzi nous parle de la répartition des tâches avec Dall'Igna et Ciabatti.



Davide Tardozzi est un des 3 visages incontournables avec Gigi Dall'Igna et Paolo Ciabatti dans l'organigramme de l'équipe Ducati Lenovo.


Au point que l'on se demande parfois qui fait quoi? Qui dirige?



Dans une interview accordée à Speedweek, il explique qu'en tant qu'ancien pilote, il vit la course différemment de l'ingénieur Dall'Igna et Ciabatti, que l'on peut qualifier d'homme politique.


Donc Tardozzi nous parle de cette répartition des tâches et sa façon de gérer les pilotes :


La bonne chose à propos de Ducati Corse en ce moment est que Dall'Igna, qui en tant que directeur général est le patron de tout le monde, laisse suffisamment d'espace pour moi et Ciabatti en ce qui concerne nos domaines. Gigi est très concentré sur ce qu'il fait le mieux : la gestion technique et nous laisser travailler dans nos domaines.


Je pense que cette situation, avoir trois personnes dans des rôles différents qui se parlent et échangent leurs situations, a donné à Ducati Corse la capacité de mieux gérer les situations. Je comprends ce que pense un pilote, mais je ne pense pas comme un pilote.


Je veux dire, je sais ce que pense le pilote, mais je ne lui donne pas tout ce qu'il demande. Au contraire, mon travail consiste à lui donner tout ce dont il a besoin. C'est une différence. Le pilote supplie, supplie, supplie... Vous devez lui donner ce qui est utile, pas ce qu'il demande.


Et à propos du titre mondial?


C'est très difficile de remporter le titre MotoGP car le championnat est très, très compétitif, tant en termes de pilotes que de constructeurs. Je pense que nous avons dû attendre un peu trop longtemps car je pense que nous avions une chance de remporter le titre il y a quelques années.


Terminer deuxième quatre fois en cinq ans montre que vous êtes parmi les meilleurs dans le domaine. Mais pour diverses raisons, cela n'a pas fonctionné à ce moment-là.


L'une des raisons est Marc Márquez. D'une certaine manière, il était un mur. Parce que Márquez fait partie de ces rares pilotes qui laissent leur trace. Seuls quatre, cinq ou six pilotes ont réussi cela dans les décennies qui se sont écoulées depuis que les championnats du monde existent. C'est pourquoi il était un problème supplémentaire pour nous.


12 vues0 commentaire

Hozzászólások


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page