Retour dans le passé


Moto Journal, qui a vu le jour 14 janvier 1971, s'appelait à l'origine « Auto Moto », les années 1970 furent celles du grand renouveau de la moto en France avec l'importation des machines japonaises, plus fiables et performantes et le journal largement appuyé sur un lectorat jeune et passionné avec le succès croissant des motos japonaises qui initient la course à la puissance et à l’augmentation des cylindrées (donc du poids), les choses commencent à évoluer, il y a de plus en plus de motards et les vitesses atteintes commencent à atteindre couramment les 200 km/h car en souhaitant faire de la moto un loisir de masse ( société de consommation )qui touche le plus grand nombre, les Nippons introduisent des standards de fiabilité jusqu’alors inconnus. On passe d’une logique d’artisanat passionnel à une logique d’industrie rationnelle. Tous les constructeurs européens historiques vont tenter de renouveler leur gamme pour faire face à la déferlante japonaise. Dans sa grande majorité la population motarde, souvent d’origine modeste, aspirait à une nouvelle forme de liberté, et rejette le système social en place. C’est alors qu’apparaissent les premiers rassemblements, qui permettent d’affirmer le refus des modèles en place, tels que le « boulot, métro, dodo », ou celui proposé par une vieillissante FFM... La moto devient un formidable symbole de liberté et de contestation dans le contexte d’après mai 68, et en 1969, c’est l’explosion d’une bombe : Honda étonne avec celle qui est devenue un myth suivi d'un marketing très efficace, le concept de moto loisirs et la mode qui répond aux rêves des clients, des pouvoirs d’achats en hausse et le plein emploi (on est encore dans la période dite des « trente glorieuses ») recréent une dynamique qui va redonner un nouvel élan à toute la moto. Les producteurs spécialisent chacun de leurs modèles, élargissant la gamme, répondant aux désirs spécifiques de telle ou telle partie du public avec un marketing agressif avec une puissance financière et technologique impressionnantes et souvent des méthodes peu orthodoxe à travers les médias spécialisés et les médias contribuent largement à fixer les modes de pensée, à déterminer en grande partie les idées, les habitudes et les coutumes. Ils sont devenus en quelque sorte les "juges de la vérité", ils décident et dictent la mode, la consommation, les modes de vie. Ils établissent ce qui est juste et ce qui est mal, et décident quels sont les événements importants et significatifs dans le monde.

54 vues7 commentaires