top of page

Présentation de l'équipe LCR Honda Idemitsu.



Passons à présent de l'autre côté du box LCR avec la Honda aux couleurs d'Idemitsu, le second sponsor principal de l'équipe LCR et qui logiquement veut un pilote japonais sur la seconde moto LCR.


Ce second pilote est Takaaki Nakagami dont il se pourrait que cela soit sa dernière chance et dernière saison en Moto Gp.


D'ailleurs, Nakagami a eu une certaine chance de continuer une année de + car le pilote moto 2 Ai Ogura a lui même décliné l'offre de LCR de monter en Moto Gp dès 2023.


En effet Ogura veut apprendre une année de + en Moto 2 mais il est clair que la faible compétitivité de la Honda ne l'a pas invité à se dépêcher à monter en catégorie reine.


Revenons à Nakagami qui va commencer la saison sans être au top physiquement, nous y reviendrons à la fin de sa présentation avec les regrets de son team manager d'avoir mal géré sa blessure à la main après son accrochage avec Marc Marquez à Aragon.


Toujours est-il que Nakagami est un bon pilote mais qui sans l'appui du sponsor japonais n'aurait pas eu la chance de piloter une 6ème année en Moto Gp.


Et le bilan est plutôt moyen avec un seul top 10 au classement du championnat du monde en 2020. Année qui l'a vu réaliser son meilleur total points avec 116 malgré le fait de ne disputer que 14 courses à cause du Covid.


Vu qu'Alex Marquez était inexpérimenté, que Bradl avait perdu de sa vitesse et que Crutchlow enchainait les mauvais résultats, Takaaki avait bénéficié d'un fort soutien de l'équipe usine avec une Honda très forte dérivée de la Honda 2019 avec laquelle Marc Marquez avait tout écrasé.


Malgré cela, c'est Alex Marquez qui signa les deux seuls podiums de Honda cette année là, ce qui ne fit pas les affaires de Takaaki qui aurait du être celui qui aurait du monter sur la boite. Une pôle position quand même cette année là à Aragon mais une trop forte pression qui le vit chuter au bout de quelques virages.


A présent, laissons la parole à Takaaki Nakagami et ce qu'il attend de cette saison 2023 :



Mon objectif en 2023 est d'être à nouveau compétitif. Nous avons un total de 42 courses en raison de la course de sprint. Ce sera épuisant, mais nous sommes prêts à nous battre et à réussir.


Je suis dans une équipe vraiment professionnelle, nous sommes très proches et cela m'aide beaucoup


Il raconte aussi comment est venu sa passion de vouloir faire de la Moto Gp :


Je suis allé au Motegi pour la première fois lors d'une course de MotoGP quand j'avais neuf ans. J'y ai rencontré mon idole Daijiro Kato. Il m'a donné ses bottes, je les ai toujours. À partir de ce moment, j'ai su que je voulais être comme lui.


Laissons à présent la parole à Lucio Cecchinello :



Honnêtement, Honda n'a pas mis de pression sur cet événement (Motegi), même si tout le monde le pense. En réalité, Honda n'est pas intervenu. C'était la décision de Taka après avoir consulté son médecin.


Ce qui a également joué dans cet incident : nous avons peut-être fait une erreur en tant qu'équipe. Parce que nous aurions dû complètement fixé le petit doigt sur le gant. Parce que surtout en pilotant, Taka continuait à bouger son petit doigt ; cela a rendu la plaie de plus en plus grosse. C'est pourquoi le médecin a alors ordonné et pratiqué une deuxième opération pour éviter l'infection.


J'ai eu une blessure similaire quand je pilotais. Alors maintenant, je m'en veux de ne pas avoir insisté, avec l'équipe de Taka, pour immobiliser complètement son petit doigt pour le GP du Japon.


Ensuite, il aurait pu être évité que la blessure ne devienne encore plus grande. Je regrette de ne pas m'être imposé sur ce point. J'ai le sentiment que c'était mon erreur. D'un autre côté : bien sûr, que je ne suis pas médecin.


16 vues1 commentaire

1 comentario


VFR750
VFR750
08 mar 2023

C'est cool d'avoir un pilote japonais en motoGP, et pas que des italiens + espagnols! OK, il est plus ou moins "imposé" par Honda mais bon, c'est pas le plus gênant (à mes yeux): pas de grande gueule (je vais tous les pourrir car je suis le plus fort), pas de ouin ouin permanents (ma bécane n'accélère pas/ne tourne pas/n'a pas de Vmax, rayer la mention inutile), pas de grandes déclas à la presse.

Discret, respectueux, besogneux mais c'est vrai qu'il n'a pas la classe Top 5 et que c'est un peu grâce à son sponsor qu'il est encore là.

Mais bon, ça fait du bien et me change des pleureuses ou des grandes gueules habituelles qu'on lit et entend…

Me gusta
justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page