Pit Beirer fait le point sur KTM et Tech 3.



Ce week-end, Speedweek a réalisé une interview de Pit Beirer que je vous retranscris ci-dessous.


Il parle des performances de la KTM, des contrats des pilotes et des performances de la moto.


Pit, jusqu'à présent, KTM n'a fait signé que pour l'usine Red Bull - avec Binder et Miller. Mais si je dis que Pol Espargaró reviendra courir à Tech3 en 2023, n'êtes-vous pas fortement en désaccord ?

C'était une information complètement nouvelle pour moi que j'ai apprise sur SPEEDWEEK.com. Mais quand c'est sur SPEEDWEEK, c'est généralement une rumeur très persistante.


Mais pour le moment, je veux m'occuper de manière extrêmement intensive des pilotes que nous avons actuellement sous contrat. Il nous reste encore une demi-saison devant nous que nous voulons réussir.


Néanmoins, l'avenir reste intéressant. Remy Gardner et Raúl Fernández pilotent désormais chez Tech3. L'Espagnol veut aller chez WithU-Aprilia avec Oliveira. Mais doit-il payer une indemnité de transfert pouvant aller jusqu'à 1,3 million d'euros chez KTM ?

Ce montant est incorrect. Mais Raúl Fernández, comme Miguel Oliveira, a une relation contractuelle avec nous. Et cela devrait être correctement résolu. Je ne veux pas en dire plus car c'est une histoire non résolue.


Miguel Oliveira ne doit-il pas acheter sa sortie de KTM ?

Oui, Miguel est libre car nous n'avons jamais racheté sa prolongation de contrat. Nous nous sommes arrangés de cette façon à cause de la bonne amitié que nous entretenons avec lui.

Il a encore la possibilité de discuter et de négocier avec nous une place à Tech3 pour 2023. L'offre est toujours là.


Mais Miguel n'a pas d'obstacle de notre part qui l'empêcherait de signer un nouveau contrat ailleurs. Il n'a pas du tout à acheter sa liberté. Parce que nous respectons ce qu'il a accompli au cours des sept années passées avec nous.


Fin mai, il y avait des désaccords avec le pilote KTM Tech3 Remy Gardner. Vous avez qualifié son manager Paco Sanchez de pire fléau à côté du Covid.

Y a-t-il à nouveau une base de discussion ?

Puisque personne n'a à ramper jusqu'à la croix. Paco Sanchez m'a brutalement agacé avec ses déclarations. J'ai ensuite commenté sur SPEEDWEEK.com, donc c'est fait pour moi. Je vais traiter avec lui comme d'habitude sur Remy car nous sommes toujours très motivés pour mener à bien notre projet MotoGP avec Remy.


Remy a passé deux très bons week-ends à Barcelone et au Sachsenring. A Assen, c'était encore beaucoup plus difficile. Mais je pense quand même qu'il est possible de placer Rémy régulièrement dans les points en tant que rookie. C'est un objectif réaliste pour la deuxième partie de saison.


Nous sommes loin d'avoir renoncé à l'avenir avec Rémy ; nous voulons faire mieux que cela. Nous aimerions continuer avec lui en 2023.


Alors serez-vous d'accord ? Hervé Poncharal aimerait également le conserver.

Oui, mais nous avons maintenant compris que nous ne devrions pas automatiquement insister sur nos contrats si les pilotes ne sont pas entièrement satisfaits et satisfaits de nous. Sinon ce sera difficile dès que le chemin devient caillouteux. Et en MotoGP, il n'y a pas un week-end où la route n'est pas semée d'embûches. Dans cette situation, vous devez vous serrer les coudes, en équipe et en amis.


C'est pourquoi nous ne voulons pas racheter l'option pour Remy contre sa volonté, mais nous voulons nous asseoir ensemble à une table et déterminer si c'est la bonne chose à faire, si nous continuons à commencer ensemble à l'avenir. Nous voulons prendre notre temps, car nous voulons aussi entendre cet engagement de Rémy, qu'il croit au projet, à l'équipe et à la moto. Parce que nous croyons en lui.


Il y a eu quelques courses ces derniers temps où Brad Binder n'a perdu que 4 secondes par rapport au vainqueur, hier à Assen seulement 2,7 secondes. La KTM RC16 n'est donc pas un cas désespéré.

Oui, l'objectif du podium est à nouveau à portée de main en termes de vélocité et de pilotage de nos pilotes.


Nous avons prévu plus que de petites étapes en termes de matériel pour l'année prochaine. Il y aura beaucoup de choses sur la piste avec lesquelles les pilotes s'amuseront beaucoup. Mais on le sait : la concurrence ne dormira pas.


C'est pourquoi vous avez besoin d'une confiance totale des deux côtés. Du constructeur au pilote et du pilote au constructeur.


Parce qu'au sommet en MotoGP, c'est très serré. C'est pourquoi vous devez vraiment vous serrer les coudes si vous voulez survivre.


À quelle marque Remy Gardner doit-il croire pour 2023 chez Tech3 – KTM ou GASGAS ? Selon mes informations, ce sera un GASGAS identique. C'est pourquoi le retour de Pol Espargaró a un double sens.

Avec cette question, je dois vous référer à mon patron Stefan Pierer. Je ne veux pas devancer notre PDG sur la politique de marque du Groupe.


Je peux promettre : avec KTM, nous serons certainement là. M. Pierer doit encore me dire tout le reste.

61 vues9 commentaires