Miller nous parle de ses débuts en Moto Gp.



En cette fin de saison 2022, Miller quittera le giron de Ducati pour revenir dans une équipe qu'il connait assez bien, celle de KTM, marque avec laquelle il a été vice-champion du monde en 2014.


Il fera équipe avec Brad Binder et pendant cette pause, il nous parle de ses débuts dans la catégorie reine et du boulot chez Ducati.


Voici en intégralité son interview parue chez Speedweek :


Jack, vous en êtes maintenant à votre huitième saison en MotoGP, votre cinquième avec Ducati. Après avoir terminé deuxième du Championnat du Monde Moto3 sur une KTM, vous êtes directement passé en MotoGP en 2015. Avec le recul, le referiez-vous ? Vous aviez un contrat HRC à l'époque. Cela n'arrive pas tous les jours.

C'est exactement comme ça. J'ai eu cette opportunité à ce moment-là et je devais la saisir.


Bien sûr, ma carrière en MotoGP n'a pas commencé de la manière la plus simple. Chez LCR, je n'avait qu'une Honda Open Class à côté de Cal Crutchlow, comme vous le savez. C'était donc une sorte d'année Moto2 de toute façon.


La classe ouverte était un championnat distinct au sein du championnat du monde MotoGP. Cette production Honda n'avait pas de jeu de soupapes pneumatiques, l'électronique ne fonctionnait pas, elle venait de Magneti Marelli. La Honda RC213V d'usine était toujours conduite avec l'électronique Honda.


Cette année a été une révélation, elle m'a ouvert les yeux. J'ai beaucoup appris lors de la saison 2015.


Avec le recul maintenant, c'était difficile. Je ne le recommanderais pas cela aux autres pilotes. Il faut une volonté très forte et de la persévérance pour faire face à toutes les "conneries" dans ce contexte. Parce que de l'extérieur, j'avais une MotoGP Honda, j'ai roulé chez LCR.


Mais si je regarde maintenant le tableau d'ensemble après presque huit ans : j'ai réalisé 18 podiums en MotoGP jusqu'à présent, dont trois victoires, j'ai terminé quatrième du Championnat du Monde l'an dernier.


Et je roule toujours en ce moment sur une Ducati d'usine, j'ai un contrat d'usine Ducati depuis trois ans. Après cette saison, je passerai à l'équipe d'usine KTM.


Je peux donc me prévaloir d'une longue carrière en MotoGP. C'était donc une bonne idée de passer tout de suite du Moto3 au MotoGP.


Le vice-président du HRC, Nakamoto, a déclaré avant la saison 2015 que la Honda de classe ouverte avec le pilote d'essai Casey Stoner ne perdrait que 0,3 seconde sur le meilleur temps de la moto usine Honda à Motegi. Nicky Hayden s'est plaint lors du premier test à Sepang : "Je perds 0,3 seconde sur chaque courte ligne droite." C'était alors 3 secondes par tour.

Au moins oui. Ce n'était pas pareil, c'est certain. Mais même dans ma saison de rookie, j'ai battu tous les autres pilotes sur les Honda de la classe ouverte comme Nicky et Eugene Laverty sur les mêmes motos. Même Nicky, l'ancien champion du monde.


Ensuite, je suis passé à Marc VDS-Honda et j'ai eu une moto d'usine. C'était une bonne moto. En gros, c'était ma première saison sur une moto de course MotoGP.


Ma première saison 2016 chez Marc VDS a quand même été difficile, j'ai beaucoup appris. C'était la première année avec l'ECU unique Marelli. Après tout, j'ai gagné le GP sur piste mouillée à Assen.


Et à la fin, lors de ma troisième année Honda, 2017, j'ai pu me hisser à la onzième place au général. Nous avons fait du bon travail avec cette moto. J'ai terminé dix fois parmi les dix premiers.


Déjà chez Honda, vous avez attiré l'attention en tant que spécialiste de la pluie, même dans des conditions mixtes, vous étiez toujours parmi les premiers.

Oui, cela a certainement aidé. J'ai la chance d'être rapide sur le mouillé. Cela enlève beaucoup de pression sur vos épaules si vous n'avez pas assez de compétences en tant que débutant en MotoGP ou si votre moto n'est pas de la meilleure qualité.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout