top of page

Maverick Vinales pense qu'en qualifs, tout le monde voudra prendre la roue de Martin.



Maverick Vinales fait le constat qu'à Sepang, être derrière un autre pilote est un énorme avantage et il pense que de nombreux pilotes essaieront de prendre la roue de Jorge Martin.


Il rajoute que son coéquipier l'a fait sur les 4 dernières qualifs et que cela lui a permis de partir devant.


Il parle aussi du fait qu'il atteint très vite les limites de l'Aprilia le vendredi et que le samedi, les autres progressent et que lui stagne.


Est-il en colère par rapport aux nombreux problèmes rencontrés (Surchauffe, fiabilité, etc...)?


Ce n'est pas que je sois en colère contre l'équipe ou la situation ; Je suis en colère parce que nous n'obtenons pas le résultat que nous obtenons réellement. Cela me frustre beaucoup. Je pars le vendredi et en un instant je trouve déjà bien la limite de la moto et je suis toujours en avance. Mais nous ne faisons pas le saut samedi. Et ça m’énerve.


Le vendredi est très facile pour moi. Je ne sais pas si le circuit gagne ensuite en adhérence et cela nous rend pire. Mais moi, comment j'ai vu Buriram vendredi, et puis comment se sont déroulées les courses, ça m'a mis en colère. Nous avons une grande opportunité et nous n’en profitons pas. Je ne suis pas du tout content des résultats, c’est très loin de ce que nous pouvons réellement faire.


Et concernant la surchauffe?


Cela peut arriver. En fin de compte, nous ne sommes pas parfaits. Oui, nous l'avons dit, avec Aleix et le reste des pilotes Aprilia, que premièrement, la moto est très physique. Et puis elle dégage beaucoup de chaleur. Et non pas dans les mains ou les pieds, mais dans le corps. C'est comme avoir tout le temps un sèche-cheveux sur le cou.


La moto est super physique, surtout au freinage, je ne sais pas si c'est à cause de l'aérodynamisme. Et je dois faire toute la course à pleine capacité. Mais à Buriram, c'était impossible. J'ai juste commencé à faire des bêtises sur la moto et j'ai dit "Je ferais mieux d'arrêter".


Dans le casque, j'avais cinquante degrés. Mais ce n'est pas de là que vient la chaleur, la chaleur vient de ma moto. Il y a trois petits trous dans le réservoir, je pense que la chaleur sort de là. Mais bien sûr, on va couvrir et voyons ce qui se passe.



Comment explique t'il les meilleurs résultats de son coéquipier?


Aleix, les quatre dernières qualifications, il les a faite derrière Martín. Cela lui a donné un très gros plus. Dans toutes les courses que j'ai commencées en première ligne, j'ai été sur le podium, ou bien je me suis battu.


Il a été intelligent sur ce point, il s'est mis derrière Jorge et a réalisé de très bons chronos, en s'insérant. Eh bien, je vois que toute la grille ici à Sepang va le faire, et je vais y participer, bien sûr. Au final, on gagne trois dixièmes supplémentaires gratuits, et trois dixièmes, c'est un monde.


20 vues0 commentaire

Comments


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page