Marquez : "Je n'ai pas besoin d'être à 100% pour me battre pour le titre".



Voilà un message envoyé à la concurrence.


Marquez nous apprend aussi qu'il déménage à Madrid pour être proche des médecins qui soignent son épaule et son frère déménagera avec lui.


Voici ce qu'il a dit à des médias espagnols :


Comment allez-vous, après les blessures que vous avez subies ces dernières années ?

Je me sens bien, bien. Ça fait un moment que je me suis dit bon, c'est déjà important, mais je trouve que tout prend de l'ampleur, de l'élan, ce qui est une bonne chose. A chaque fois la dynamique, l'énergie, je me sens mieux.

Qu'est-ce qui est le plus compliqué : être diminué en compétition ou passer quelques mois sans pouvoir rien faire avec la diplopie ?

Quand tu rentres dans un mauvais moment, tout se complique. Vous entrez dans une dynamique, que si une opération, la seconde s'infecte, la troisième va bien mais quand vous remontez sur la moto maintenant c'est l'épaule, alors il semble que l'épaule guérisse et la vue vient. Tout va mal.


Mais bon, espérons-le, se fixer un objectif, ce qui aide car cela permet de se divertir, de se motiver, et ce qui aide le plus en ce moment, c'est d'avoir un environnement agréable et convivial, ce que je recherche depuis toujours.

Qu'est-ce qui vous a le plus servi pour sortir de cette situation ?

Ce qui m'a le plus aidé, c'est d'être avec des amis, d'être avec les miens, c'est là que je me suis le plus déconnecté. Le fait que mon frère ait continué à concourir quand je n'étais pas en compétition m'a permis de rester connecté au monde de la moto, de ne pas me déconnecter complètement et cela m'a été d'une grande aide. Mais surtout lorsque vous traversez des moments difficiles, ce que vous recherchez, c'est la déconnexion, être avec vos proches.

A quel pourcentage de votre potentiel vous situez-vous pour ce début de saison ?

Je ne saurais pas mettre un pourcentage, mais je suis prêt. Parce qu'il n'est pas nécessaire d'être à 100% pour se battre pour le titre. Être bien physiquement, si tu te sens bien, convaincu, tu es capable de te battre pour un championnat du monde. Peut-être pas à cent pour cent, vous pourriez gagner x courses, étant bien sans être à 100 %, vous pouvez gagner moins de courses mais vous battre pour un championnat et c'est l'intention.

Être fort au niveau mental même si le physique prend son rythme, je suppose.

Maintenant je profite. Lorsque vous appréciez tout, cela devient plus agréable, plus facile et c'est là que maintenant, après avoir passé deux ans pratiquement blessé, en compétition l'année dernière mais de cette façon, et en gagnant toujours trois courses, maintenant pouvoir commencer à vous amuser, mentalement cela vous donne un l'énergie qui est comme si vous vous étiez entraîné pendant trois mois dans le physique.

Vous avez dit que votre environnement vous a aidé, mais cette année, vous avez décidé de déménager à Madrid pour vous rapprocher des médecins, ce qui vous éloigne de votre environnement.

Le fait de venir à Madrid est un pari pour moi, c'est un sacrifice, parce que quand tu as tout arrangé à Cervera, où j'ai vécu toute ma vie, tu as la maison, tout, et tout est organisé, c'est difficile. Mais c'est un pari pour moi, je venais à Madrid deux fois par semaine pour le problème du bras, j'avais le Dr Samuel Antuña et le Dr Ángel Cotorro ici avec toute leur équipe de kinés et de préparateurs physiques qui s'occupaient de moi , j'ai commencé à remarquer une amélioration, et j'ai dit « Faisons-le bien ».


Je déménage là-bas, mon mode de vie ne va pas beaucoup changer car je peux m'entraîner sur une moto, je peux tout faire. C'est un bon point, on verra si ça marche. L'environnement va me manquer, mais il a son secret. Je ne viens pas seul, logiquement, mon frère vient avec moi, ce qui est un des piliers fondamentaux, mon meilleur ami et assistant vient avec moi aussi.


Et je ne vais pas à l'autre bout du monde, ma mère et mon père prennent un AVE et à deux heures de Lleida les voici. J'ai cette tranquillité d'esprit.

Si on parle de fin de saison, où aimeriez-vous vous voir concernant le championnat ?

J'aimerais me voir au sommet, sinon je te tromperais. Bien que cela me mette la pression, et même si cela peut sembler insistant, mais qui que ce soit, que ce soit mon coéquipier ou n'importe quel pilote, avant de commencer une saison, il faut aspirer à tout, où voudrais-je me voir ? Au plus haut.




59 vues5 commentaires