top of page

Marc Marquez : "Il doit y avoir des améliorations pour que je continue chez Honda".



Fini les jeux de mots, fini les allusions, Marc Marquez a fini son interview d'après course avec une sorte d'ultimatum.


Si le test de demain ne se passe pas bien et qu'il voit qu'Honda ne prend pas le bon chemin, il partira.


On peut comprendre que beaucoup de choses se décideront demain et que son aventure avec Honda pourrait prendre prématurément avant la fin de son contrat.


Il dit que vu les conditions, il a fait la course parfaite. En 2019, quand Marquez faisait la course parfaite, il finissait 10" devant, aujourd'hui, il finit 7ème.


Et sur ce qu'il a vu de la moto 2024 testé par Bradl, il a dit hier qu'il n'était pas très optimiste.


Je suis complètement effondré. En dehors de cela, nous avons opté pour ce choix de pneus tendres. C'était le bon choix, car nous avons très bien fait les trois quarts de la course mais le dernier quart, vous avez un peu moins de pneus. Mais je me suis retrouvé à l'aise. Je pense avoir fait, même si cela peut paraître étrange de le dire, la course parfaite. Parce que je me sentais rapide et confortable.


C'est vrai que j'ai utilisé plus d'énergie pour rattraper Viñales, parce que je voulais le rattraper et ne pas le laisser partir. Mais quand j’y suis arrivé, j’étais au-delà de mes limites. Là, je me suis détendu et j'ai commencé à prendre un rythme différent, car sinon je n'aurais pas fini la course. Les quatre derniers tours, j'ai défendu du mieux que je pouvais ce grand groupe qui arrivait derrière. Et bien, nous avons pu atteindre cette septième position ; ce qui n’est pas bon mais ce n’est pas mauvais.


Demain, nous avons un test très important où nous devons tester la nouvelle moto ; où nous devons continuer à nous améliorer, logiquement. La moto est celle que Bradl a utilisé ce week-end. Mais bon, à partir de là, Alberto Puig l'a dit hier, les mots ne valent plus ; seuls les faits comptent. Et il faut qu'il y ait des faits pour continuer chez Honda.


Ce n'est pas seulement demain. Il faut des faits. Les PDF ne sont plus valables, ni « ça sera fait, ça sera fait ». Non, cela doit être fait. Un projet pilote peut promettre beaucoup de choses, mais si les résultats ne sont pas connus, fuyez. Eh bien, en fin de compte, dans un projet, le pilote exige ceci : des faits.


On se demande si la décision de Marquez n'est pas déjà prise et qu'il n'attend que demain pour avoir confirmation...



90 vues3 commentaires
justbiker-footer.jpg
bottom of page