Marc Marquez bientôt de retour dans les stands.


Edit du 02/08 à 22h15 : (En bas d'article, la première photo de Marquez en exercice avec son bras droit).


Ce vendredi, c'est la reprise du Moto Gp après la pause estivale à Silverstone.


Cette reprise se fera bien sur sans Marc Marquez qui a entamé sa rééducation il y a près de 3 semaines.


Mais Marquez devrait être dans les stands, si ce n'est ce week-end, au moins dans ceux qui suivent.


Mais à quoi bon avoir Marquez dans les stands s'il ne roule pas, c'est le sujet abordé par nos confrères de Speedweek dont je vous retranscrit les principaux passages.


Comment l'Espagnol de 29 ans peut-il aider les ingénieurs et les techniciens sans se rendre lui-même sur la piste ?


Il le fera de deux manières : une par sa simple présence, en tant que leader, que Marc est dans la case Repsol Honda depuis son arrivée en 2013. Voir l'homme qui les a remportés titre après titre faire un pas en avant donnera sans aucun doute une motivation supplémentaire à l'équipe.


La deuxième contribution du vainqueur du MotoGP à 59 reprises sera plus pragmatique. Il analysera ce qu'il entend et voit des techniciens et des chauffeurs. Marc était très clair dans sa tête sur ce qu'il ressentait sur sa moto avant de décider de subir sa quatrième opération au haut du bras droit et de mettre fin à la saison.


Il sait très bien ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas sur la moto et il aura certainement dit aux ingénieurs ce qu'il attend de sa moto : châssis, moteur, électronique.


En écoutant les autres pilotes Honda, en parcourant les données avec les techniciens et en observant sur la piste, Marc peut se faire une idée du nouveau caractère de la Honda pour la seconde moitié de la saison - qui devrait également être la base de la 2023 saison.


Cependant, il est également vrai qu'en raison des différences de style de conduite, Márquez ne peut pas réellement vérifier cette impression tant qu'il ne monte pas lui-même sur la moto. Mais être à l'avant-garde, même sans combinaison en cuir ni casque, aidera toujours dans le processus de développement.


Deux aspects se distinguent clairement à cet égard : d'une part, les améliorations qui ne nécessitent pas que Marc soit sur la moto - et d'autre part, les aspects subjectifs.


Par exemple, Stefan Bradl, pilote d'essai HRC et remplaçant de Márquez, peut facilement travailler sur un nouvel embrayage. Les résultats sont mesurables. Ou il peut être utilisé pour vérifier les changements de charge aérodynamique lorsque des modifications sont apportées à l'aérodynamique.


Cela peut être quantifié par des capteurs. Ou il peut être celui qui évalue l'évolution du système Ride Height, qui avant la trêve estivale était clairement en retard sur celui d'Aprilia ou de Ducati... On parle donc d'améliorations générales qui ne dépendent pas spécifiquement de la conduite d'un pilote particulier...




19 vues0 commentaire