Loris Capirossi nous parle de Ducati, de Stoner, de Bagnaia, de la lutte entre pilotes...



Faut-il rappeler qui est Loris Capirossi? Un pilote qui a marqué son sport et qui continue à le marquer ensuite.


Capirossi en Moto Gp c'est :


8 victoires

39 podiums

13 pôles position

10 meilleurs tours en course

Deux fois 3ème du championnat en 2001 et 2006


Mais c'est aussi 3 titres de champions du monde (2 titres en 125 et un titre en 250) et c'est 3215 points inscrits dans sa carrière, soit le 6ème meilleur total.


Et son célèbre numéro 65 a été retiré en hommage à sa formidable carrière.


Aujourd'hui, Capirossi est un personnage respecté et qui est devenu un incontournable des week-end de grands prix en sa qualité de spécialiste sécurité auprès de la Dorna.


Il nous parle de ses débuts avec Ducati et bien d'autres sujets encore.


Sur le projet Ducati :


J'y ai cru de tout mon cœur, pour Ducati c'était le premier 4 cylindres, je savais qu'ils étaient doués pour faire des motos. Je n'oublierai jamais la première fois que je l'ai piloté à Valence.


Je venais de la Honda 500, c'était ma première fois avec un quatre temps et au début, le moteur était doux. Mais avec toute cette puissance la moto n'allait même pas droit, le cadre treillis fléchissait, même le plus rigide ne suffisait pas à le rendre maniable.


A propos de ses difficultés avec la 800 et de Stoner :



J'avais du mal avec la 800 et Stoner était un talent immense, dès les premiers instants il a trouvé un super feeling, il a fait un championnat effrayant.


A propos du respect entre pilotes :



Je suis beaucoup plus politiquement correct qu'à mon époque. Il y avait certainement une autre rivalité entre nous. Mais s'il y avait un énorme respect, aujourd'hui, on est tous amis. Même si c'est peut-être beaucoup l'apparence (à propos des pilotes aujourd'hui), parce que je suis convaincu que sous le feu ça brûle.


A propos de Pecco Bagnaia :


Il est plus talentueux qu'on ne le croit, cette année il a fait quelques erreurs mais quand il a commencé à se lancer, il a fait la différence mais n'oublions pas que Quartararo est vraiment fort.


A propos du duo Pecco-Enea en 2023 :



Ducati aura un escadron à deux pour qu'ils puissent faire la différence, un pilote plus équilibré comme Pecco, et un que personne ne bat dans les bons jours. Puis ils sont si jeunes que d'une année sur l'autre ils peuvent avoir une croissance incroyable.

58 vues8 commentaires