Les principaux propos de Marc Marquez lors de la conférence de presse à Spielberg.



Ce week-end, Marc Marquez est présent en Autriche pour avoir une réunion avec tout le staff Honda et même les responsables venus spécialement du Japon.


Et la Dorna a organisé une conférence de presse exceptionnelle rien que pour lui que nous vous retranscrivons ci-dessous :


Marc, avez-vous le sentiment que l'opération a été un succès ? Vous sentez-vous confiant de revenir là où vous étiez en 2019, lorsque vous aviez 12 victoires et six deuxièmes places ?

J'aurai un contrôle important à Madrid la semaine prochaine. Des radiographies sont également prises, les os sont examinés en détail, tout comme les muscles et les nerfs. Après je saurai si je peux m'entraîner avec des poids plus lourds.


Mais je ne pourrai donner un vrai verdict qu'une fois que j'aurai à nouveau piloté une moto MotoGP à l'avenir. Ensuite, je comprendrai immédiatement si ma condition est suffisante pour revenir au plus haut niveau ou non.


Nous sommes optimistes car nous sentons des améliorations de santé chaque semaine.

Il semble que la guérison progresse comme prévu.


La décision d'opérer était très importante. Parce qu'il y avait la question de savoir si je devais mettre fin à ma carrière, car dans l'état du Mugello, je ne pouvais pas me battre pour des places sur le podium.


Parce que je ne veux pas précipiter mon retour maintenant, je laisse toutes les décisions aux médecins. Nous avons choisi un chemin lent mais sûr. Car cette reprise est très importante pour moi et pour Honda.


Je peux honnêtement dire que je me sens plutôt bien.

En même temps, il faut tenir bon. Mon bras droit a subi quatre interventions chirurgicales.

C'est pourquoi j'avoue que des doutes surgissent de temps en temps.


Au moins mon bras droit fonctionne normalement en ce moment. Je fais déjà des exercices que je ne pouvais pas faire avant la quatrième opération. J'ai augmenté la charge et le bras a bien répondu.


Vous avez mentionné lors de votre pause pour blessure que cette fois vous souhaitiez rester en contact plus étroit avec l'équipe pendant votre récupération que lors des pauses de course précédentes ?

Vous pouvez voir que Honda est dans une phase difficile. Cela affecte non seulement un pilote mais les quatre. Et si les quatre pilotes sont en difficulté, cela signifie que notre projet n'est pas dans sa meilleure phase.


Quand j'ai terminé 10e au Mugello en mai, j'avais l'expérience de 2020 et 2021 derrière moi. Il y a eu de longues périodes pendant lesquelles je ne suis pas allé sur la piste du GP. Pendant ces périodes, je me suis trop déconnecté de l'équipe. Et quand je suis revenu, tout était trop nouveau pour moi.


C'est pourquoi je suis resté plus en contact cette fois-ci, avec mon équipage autour de Santi Hernandez et avec Stefan Bradl. Bien sûr, mon frère pilote aussi une Honda. Mais j'ai préféré garder la relation avec ma propre équipe.


Je ne suis pas venu à Spielberg pour regarder les autres moto sur la piste. Je suis là pour parler aux managers Honda et aux techniciens et ingénieurs. Bien sûr, je ne peux pas décider ce que nous devons changer et faire. Je ne suis que le pilote. Mais je veux être impliqué dans le développement du projet.


Dans une phase aussi faible, toutes les personnes impliquées doivent se serrer les coudes.

On ne peut pas s'attendre à ce qu'un seul gars fasse la différence maintenant.


Le plus important est le travail d'équipe. Nous devons nous demander pourquoi les constructeurs européens connaissent un tel succès aujourd'hui.


En même temps, nous savons que les méthodes japonaises ont bien fonctionné pendant des années, nous avons remporté le championnat du monde MotoGP sept fois en dix ans.

Mais le monde change. Il faut donc penser aux changements.


Vous avez récemment mentionné que vous souhaitiez piloter au moins un autre Grand Prix en 2022. Mais Honda espère votre participation aux deux jours d'essais MotoGP les 6 et 7 septembre à Misano.

Oui, ce serait bien si je pouvais faire quelques courses de plus. Est-ce que je serais à Misano? J'en saurai plus la semaine prochaine mais ce test arrive peut-être encore un peu trop tôt.


Après l'opération, je n'ai pas du tout bougé mon bras droit et je n'ai pas mis de poids dessus pendant six semaines. Les médecins ont suggéré une voie conservatrice, et j'étais entièrement et avec joie d'accord avec eux.


Après les six premières semaines d'inactivité, j'ai commencé à bouger mon bras avec le kinésithérapeute. Je travaille avec des bandes élastiques depuis quatre semaines. J'ai légèrement augmenté les poids depuis.


Je verrai la semaine prochaine si je peux encore augmenter la charge. Quand l'accord viendra, nous ferons un plan. Ensuite on comprendra assez vite quand on pourra envisager un retour sur la piste GP.


Nous avons toujours dit : si cela prend une semaine ou deux de plus, ce n'est pas un problème. C'est mieux que si nous abordons le retour avec trop d'optimisme.


Qu'allez-vous demander à Honda?


Je ne suis pas celui qui va dire qu'il faut prendre telle ou telle voie. Honda est la marque qui a gagné le plus de titres au monde, et je suis avec Honda parce que je crois en eux et que je crois que je peux atteindre le sommet avec eux.


Mais ils doivent comprendre comment bien s'organiser car il y a toujours plus de courses et moins de tests, et le travail à l'usine devient de plus en plus important par rapport à celui qui est mené au circuit. Mais le circuit doit travailler avec l'usine. Ils travaillent très dur et je pense que ça va dans la bonne direction.


Je ne veux pas dire que Honda doit travailler comme des Européens. Les Japonais ont travaillé beaucoup ces dernières années, on a gagné beaucoup de titres ces dix dernières années, mais le monde change et le championnat aussi. C'est comme quand de jeunes pilotes arrivent, le style de pilotage arrive. Il faut essayer d'étudier et de trouver la meilleure façon pour progresser et être les meilleurs. De ce point de vue, Honda travaille très dur.


Dans un moment difficile, il est important de ne pas paniquer. La panique serait notre pire ennemi à présent. Le plus important est d'essayer d'analyser la situation, ce qu'ils font bien. Je crois pleinement en eux et j'ai été opéré au bras pour revenir au top avec Honda, c'est mon objectif. Mais il est vrai que pour atteindre cet objectif, tout le monde doit travailler de la même façon.


Quelle moto aimeriez-vous avoir pour 2023?


L'objectif est d'essayer de comprendre comment mener le projet de 2023. Je veux une moto qui gagne.


Peut-être que le style de la moto à la Marc' l'ancien style d'il y a deux ou trois ans, ne fonctionne plus, parce que la catégorie change". Il faut qu'ils comprennent, je ne suis pas ingénieur.


Je dis quel est notre point faible, où je suis le plus en difficulté, où l'on perd par rapport aux autres motos, mais ils connaissent les chiffres, ils sont ingénieurs et je crois en mes ingénieurs. S'ils disent qu'ils sont convaincus par certains changements, je vais les croire.


Je ne suis pas celui qui va dire comment il faut organiser l'équipe. Non, je suis pilote. Je demande une moto qui soit la meilleure possible en piste. C'est mon objectif et celui de Honda. Le HRC est là pour gagner des titres et tous les pilotes qui courent pour Repsol Honda ont pour objectif de se battre pour le titre.


Marc nous donne dans la vidéo ci-dessous tournée la semaine dernière la manière dont il s'entraine.



39 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout