top of page

Hervé Poncharal fait le point sur la saison 2023.



La saison 2023 est terminée et il est temps pour le patron de Gasgas Tech3 de faire le point sur la saison et de donner son avis sur le nouveau règlement, que cela soit avec les courses Sprint ou l'introduction d'une pression minimale pour les pneumatiques.


Poncharal espérait surement de meilleurs résultats de la part de son équipe mais la perte de Pol Espargaro dès le 1er week-end du championnat a laissé l'équipe sans son leader. Et Augusto Fernandez qui comptait apprendre dans l'ombre de Pol a du prendre la responsabilité des résultats, Jonas Folger n'étant là que pour faire du développement.


L'an prochain, l'équipe accueillera le champion du monde Moto2 en la personne de Pedro Acosta et surement que dans ses souhaits non avoués, Hervé Poncharal espère qu'il soit très vite compétitif.


Que pense t'il du nouveau format avec la Course Sprint?

Pour moi une chose est claire, c'est que dès que j'ai eu des nouvelles et qu'ils m'ont montré le projet d'organiser un week-end de Grand Prix, courant 2022, j'ai toujours été positif sur ce format, c'est-à-dire avec la grande modification qu'est le Sprint.
Le Sprint, on le sait, remplace le FP 4, qui était pour moi la séance la plus soporifique et le moment le plus soporifique du week-end, que ni les pilotes ni les équipes techniques n'aimaient, car c'était un énorme échauffement qui n'était pas très utile juste avant les qualifications. Donc sur le papier, j'ai trouvé ça génial. Pour moi, la réalité a validé cela, pour les raisons que je viens de vous donner, la fréquentation, etc...
Au début, il y avait pas mal de pilotes qui étaient un peu dubitatifs, et si aujourd'hui ils ne sont pas tous d'accord à 100%, parce que c'est vrai qu'il y a de l'implication, de la pression, de la tension, et il faut toujours sympathiser avec ce que nous disent les héros, mais il y en a beaucoup qui "Ils n'étaient pas entièrement pour, et ils étaient même contre, qu'aujourd'hui ils disent enfin que le format, ça marche et je m'amuse."
Et puis le sprint nous permet d'apprendre beaucoup de choses pour préparer le Grand Prix de dimanche, et même les équipes techniques qui disaient qu'il y avait beaucoup de travail, oui, il y a beaucoup de travail , oui, il y a beaucoup de tensions, mais maintenant c'est quelque chose qui est entré dans les habitudes, et je pense que cela ne sera remis en question par personne.
Nous pouvons toujours évoluer. Nous avons fait en sorte que les EL1 ne soient plus pris en compte dans le passage aux Q1/Q2, cela ne commencent donc que le vendredi après-midi, ce qui permet de travailler avec moins de pression. Nous avons supprimé certaines tâches d'après-échauffement le dimanche matin pour donner plus de temps aux pilotes pour se préparer, et nous avons augmenté le temps entre le défilé dans la voiture que vous aimez et la fin de l'échauffement. Donc tout le monde est ouvert aux évolutions, mais je pense que le produit « programme Moto GP » tel qu’il est aujourd’hui, oui, fonctionne bien.

Que pense t'il du nombre élevé de blessures?

Que cela nous plaise ou non, et Dieu sait si nous avons tous travaillé, j'ai suivi l'évolution des Grand Prix au cours des 4 dernières décennies, nous allons dire : toujours et encore et encore dans la sécurité des pilotes, que ce soit c'est la sécurité des circuits avec des espaces de plus en plus importants avec des conteneurs de gravier, et nous avons vu que c'était important après l'accident de Pol Espargaro à Portimao, avec des Airfence de plus en plus sophistiqués, etc. et ainsi de suite.
Mais le fait est que, quoi qu’on puisse faire, la course moto est un sport dangereux, c’est un sport à risque. Donc plus on roule, plus on risque d’avoir un problème. Mais pour moi, ce qui fait qu'il y a plus d'accidents entre guillemets, c'est le fait que les pilotes sont excessivement proches, il y a moins d'une seconde de talent d'écart, et les machines sont également à moins d'une seconde. Vendredi après-midi à Valence, il y avait 20 pilotes en 0,7 seconde! Donc tout le monde est plus à la limite, quand quand tu te bats au millième pour faire la différence, oui, tu es à la limite, et donc tu risques plus de chuter qu'avant.

Que pense t'il du calendrier?

Il est évident que d'ici 2024, le calendrier comptera 22 week-ends si tous les Grands Prix sont confirmés, car il y en a encore qui ne sont que prédictifs, qui ne sont pas confirmés à 100 %, notamment le Kazakhstan. Mais toutes les usines, les constructeurs de motos et toutes les équipes Moto3, Moto2 et MotoGP ont signé un accord avec le promoteur où l'on peut aller jusqu'à 22 courses. Nous n’irons donc jamais plus haut. Est-ce que 22 est le maximum du maximum ? Oui je le crois. Est-ce que 22 est trop et est une limite ? Oui, je pense, que ce soit pour les pilotes, pour les équipes techniques, pour tout le monde.
Nous essayons donc d'avoir les moins mauvaises solutions. Nous discutons pour 2025 pour que peut-être, dans les 6 Grands Prix qui se trouvent à la fin du calendrier, là pour l'instant au lieu d'avoir 2 triplés, nous pourrions peut-être avoir 3 doublés. Quoi qu'il en soit, notre sport doit grandir, nous devons aller partout, il doit y avoir suffisamment de tests, il ne doit pas y avoir de trous dans le calendrier.
Nous savons que cette année, il y a eu le Kazakhstan qui n'a pas eu lieu, et il y a eu 5 semaines sans rien. Nous avons clairement vu qu'il y a eu une baisse terrible du nombre d'abonnés et d'intérêt des gens, car il y a une compétition entre tous les sports, et si rien ne se passe, les gens abandonnent. Donc 22 courses, c'est beaucoup, mais je dirais quelque part que c'est un problème de riche.
Quand on est promoteur et qu'on a la possibilité de faire 22 Grands Prix dans 22 stades qui sont au niveau pour accueillir le Moto GP, et que chacun est financièrement viable, cela veut plutôt dire que notre sport, que nous aimons, notre passion, est économiquement sain et intéresse les chaînes de télévision et les promoteurs du monde entier. Quand on voit l’intérêt qu’il y a pour l’Indonésie, la Thaïlande, l’Inde, c’est un plaisir, c’est un vrai plaisir.
Quand j'étais pour la première fois en Inde cette année, on rencontre dans le Paddock de vrais fans qui sont des bibles ambulantes alors que nous n'y sommes jamais allés, qui savent tout même sur Augusto Fernández qui était un rookie et qui n'est pas le plus charismatique des pilotes. A ce jour, ils connaissent toute son histoire, ses chutes, ses meilleures performances, etc. C'est bien de voir que partout où l'on va sur la planète, il y a des gens qui sont vraiment passionnés par le Moto GP. Quoi qu’il en soit, la vie est un équilibre, et entre trop et pas assez, l’équilibre est subtil.

Que pense t'il du règlement sur la pression des pneus?

Récemment, cela a été l'un des sujets de controverse numéro un, et je suis d'accord qu'il ne sert à rien de perdre ou de gagner une course sur tapis vert par rapport à une pression des pneus qui n'est pas suffisante. Mais d’un autre côté, tous les gens qui disent parfois à juste titre que ce n’est pas bien, je leur dis « mais quelle est votre solution ?
Car on sait très bien que techniquement parlant le pneu, mais comme toute autre chose, a une zone de fonctionnement et que si on est au dessus ou en dessous, on entre dans un problème de sécurité majeur que l'on ne peut pas se permettre de tolérer. Il faut donc qu'il y ait un gendarme. Parce qu'on sait très bien aussi que ça peut avoir des conséquences sur les performances, que ce n'est plus juste, quoi. Donc voilà, il y a beaucoup de « il faut faire, nous devons faire », mais si nous n'avons pas assez de courses, nous disons qu'il en faut plus, et s'il y a beaucoup de courses, nous disons qu'il en faut moins.
Encore une fois, il faut trouver l'équilibre et dire que tout va bien dans le meilleur des mondes, je pense qu'aujourd'hui nous avons un championnat Moto GP qui est beau, qui va sur pratiquement tous les continents, sauf l'Afrique. Mais nous y travaillons et j'espère que nous pourrons trouver une solution. Il y a un format super excitant avec un vendredi qui détermine déjà qui va faire les Q1/Q2, un samedi avec une course courte qui est magnifique, et puis dimanche, l'apothéose avec le Grand Prix. Certains diront que nous créons un monde de divertissement.
33 vues0 commentaire
justbiker-footer.jpg
bottom of page