top of page
  • Ouro

DE QUOI DARRYN BINDER EST-IL LE NOM ?





Cette fin de semaine, nous avons eu confirmation de la signature de Darryn Binder chez RNF, nouveau nom de l’ex structure Petronas en motoGP. Nos amis anglo-saxons nous indiquent que ce sigle ésotérique de RNF signifie Razzlan Needs Funds (Razzlan a besoin de sous, pour les non anglicistes).

C’est le second pilote M3 à passer directement chez les big guys, après Jackass « Thriller » Miller.

Autant ne pas vous faire attendre, cette promotion est un échec, à plusieurs points de vue :

1°) Point de vue sportif

Darryn Binder, c’est 6 saisons complètes en M3 avec comme palmarès une (1) victoire et 6 podiums en 114 départs. Pour le moment, sa meilleure place finale a été 8ème en 2020.

Un palmarès respectable mais très très maigre, c’est le moins que l’on puisse en dire. Surtout, ce pilote n’a pas su évoluer : depuis ses débuts, il fait toujours la même chose, et ça ne lui réussit pas : des passages en force, des freinages de trappeur pour finir à plat ventre quelques mètres plus loin.

Il a un style très agressif, trop, beaucoup trop. A mes yeux, il fait partie des pilotes les plus dangereux de cette catégorie. Dangereux pour les autres s’entend.

Je cherche encore ce qui a pu justifier cette promotion


2°) Point de vue DORNA

La DORNA peut d’ores et déjà supprimer le titre de champion du monde de M3 ainsi que toute la catégorie Moto2. Ils ne servent à rien.

Il est très surprenant que la dizaine de pilotes qui finiront devant le petit Binder et toute la meute du moto2 n’aient pas leur chance alors que cet illustre anonyme l’a eue.

Ici aussi, les règlements doivent contraindre les contrats : le passage en catégorie supérieure doit être justifié par les résultats dans la catégorie ou le pilote se trouve actuellement. Deux pilotes qui n’y connaissent rien à la moto, je cite Rossi et Marquez, nous disaient : « Une année pour apprendre, une année pour gagner », mantra de l’Idole et Marc Marquez enjoignant son frère de ne monter chez les grosses que lorsqu’il serait champion Moto2.

A times are changing, disait ce bon vieux Bob/ On y est.


3°) Point de vue de l’équipe

Quand bien même Razali perde son sponsor titre, il avait le mérite d’entretenir 3 équipes, une en M3, l’autre en M2 et la dernière en moto GP, avec l’idée logique de filière : les pilotes M3 actuels feraient les pilotes M2 de demain, ces derniers étant appelés à fournir la motoGP.

Echec sur toute la ligne. Encore plus surprenant lorsque l’on sait que c’est Stigefelt qui a poussé pour prendre Darryn et qu’il ne fait plus, à ce jour, partie de l’équipe.


4°) Point de vue de Yamaha

Acteur majeur des GP, Yam avait parfaitement les moyens de débaucher Raul Fernandez. Sa clause de 500 000$ n’était pas un problème. Ils n’ont pas voulu entrer en conflit avec KTM, ce que nous pouvons comprendre, mais n’y avait-il personne d’autre à mettre sur la M1 n-1 ? eh bien, non, il n’y avait personne ! De deux choses l’une, soit l’attractivité d’Iwata n’est plus ce qu’elle était, soit les pilotes, dont le melon excède de beaucoup le talent, méritent des coups de pied au cul. Même Toprak n’en veut pas de leur meule….


Indépendamment de ce que fera le petit Binder, cela reste la chronique d’un échec annoncé, surtout pour RFN : avec un équipage composé d’un vieux sur le retour et d’un jeune chien fou, ils ne feront pas de vieux os dans cette catégorie.

C’est dingue quand même de pouvoir penser (et surtout croire…) qu’un pilote sans résultats possède un potentiel supérieur à un pilote au palmarès conséquent.

Mais, on me glisse au creux de l’oreille que papa et maman Binder seraient de gros actionnaires, sinon propriétaires, d’une mine de diamants au pays…

On parlait de quoi déjà ? Ah oui, Razzlan Needs Funds !

49 vues6 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page