top of page

Danilo Petrucci surpris par les fous furieux autour de lui lors de la course sprint.



Ah, qu'il est difficile de prendre de l'âge et Danilo en a fait l'amère expérience ce dimanche en course sprint.


Un week-end qui s'est plutôt bien passé pour Danilo qui manque de roulage sur cette Ducati et surtout avec cette marque de pneus. Il roulait sur Dunlop en Moto America.


Pour la course 1, disputé sous la pluie, il a sauvé les meubles, lui qui n'avait jamais testé cette moto et les pneus Pirelli pour piste mouillée. Il passa la ligne d'arrivée à la 7ème position mais fut retrogradé à la 8ème pour une passe d'armes trop musclé dans le dernier virage avec Xavi Vierge.


Dans la course sprint, il n'a terminé que 11ème et pour cause, il ne s'attendait pas à un tel rythme dès le début de course. Le temps qu'il en prenne conscience, c'était trop tard, il avait perdu trop de places.


Dans la course 2, il a été plus à l'aise pour sa 1ère course longue sur le sec, à un moment, il est même revenu dans le groupe de Jonathan Rea qui se battait pour le gain de la 4ème position mais il céda un peu de terrain sur la fin pour franchir la ligne en 9ème position à 4" de Rea 8ème et dernier du groupe.


Laissons la parole à Danilo Petrucci :


Dans la course sprint, c’était un combat de rue. Je n'avais plus d'ailerons dès la fin du 1er tour!


Tout le monde a immédiatement attaqué comme si c'était le dernier tour. Je dois essayer de comprendre avant tout l’attitude différente de ces pilotes et de ces pneus qui ont un gros potentiel dès le premier tour.


Je n’avais plus l’habitude d’aller à fond comme ça tout de suite. J’ai payé pour ne pas avoir d’expérience dans les courses courtes, j’ai perdu quelques places au départ que je n'ai jamais pu combler. Dans une course de seulement 10 tours, vous ne pouvez pas vous le permettre.


Lors de la course 2, je n'avais pas le rythme nécessaire pour rester dans le top 5, mais à mi-course, je me suis rapproché et j'y ai cru. Puis Aegerter m'a dit qu'il m'avait dépassé et que je n'ai pas pu le suivre parce que je perdais dans les virages rapides et que je le payais de quelques dixièmes par tour. Il nous manque encore quelque chose, mais nous n'en sommes pas si loin. Nous avons bien travaillé et je peux être satisfait des progrès que nous avons réalisés avec l'équipe.


Concernant Bautista :


Il a une énorme confiance avec l’avant. C'est une chose qui ne peut pas être calculé avec des ordinateurs. La confiance est un monde secret qui ne vient que du ressenti et des sensations.




11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page