top of page

Bastianini : "Même sans blessures, il aurait été difficile de jouer le titre".



Les espoirs de titre pour la saison 2023 pour Enea Bastianini se sont évaporés dès le premier grand prix à Portimao.


Une virage à gauche pris un peu trop large, un Marini qui voit l'ouverture et s'infiltre et en sortie de courbe, Luca qui perd l'avant et emporte Enea.


Résultat, blessure à l'épaule et 3 mois d'absence.


Le retour au Mugello a été laborieux et jusqu'en Autriche, la meilleur position d'Enea a été la 8ème position en Allemagne.


En Catalogne, Bastianini retrouva la Q2 et à la suite d'un bon départ lors de la course du dimanche, il freina au panneau trop tard et emporta plusieurs pilotes.



Et rebelotte, blessure et encore 4 grands prix d'absence.


Le retour a été tout aussi laborieux qu'au premier retour mais au 4ème grand prix, à Sepang, on a vu un Bastianini de retour aux affaires et après avoir aidé son chef de file lors de la course sprint le samedi, il l'emporta le dimanche.


Enea venait en partie de sauver sa saison et c'est avec un grand soupir de soulagement qu'il constata que Martin n'a pas remporté le titre, car il aurait été probablement rétrogradé chez Pramac pour laisser la place à l'espagnol.


- Enea, à quel point l’année écoulée a-t-elle été difficile pour vous ?

Ce fut une saison difficile mentalement et physiquement. Après la première blessure, je me suis rendu compte qu’il était difficile, voire impossible, de reprendre rapidement la piste. À ce moment-là, j’ai aussi réalisé que mes chances de remporter le titre étaient de 0 ou 1 – c’était très, très étrange.
Quand je suis revenu, mon épaule ne fonctionnait pas bien pendant les trois ou quatre premières courses. Et quand tout allait bien, je suis encore tombé et je me suis encore blessé. Sur le plan mental, c’était tellement difficile. Je suis toujours concentré et positif, mais c'était difficile d'y parvenir. Mais je suis revenu, j'ai gagné et c'était tellement sympa pour nous tous.

- Pourquoi la deuxième blessure a-t-elle été encore plus difficile à surmonter mentalement ?

C'était différent, mais au final, cela revient au même. Mon erreur à Barcelone m'a énervé. Après un bon départ, j'étais un peu nerveux car je savais dans mon cœur que je voulais être devant après le départ dans le premier virage. J'ai freiné un peu plus tard et la catastrophe s'est produite. Cela s'est passé différemment qu'à Portimão, mais au final le résultat est le même : vous êtes assis chez vous.

- Quand avez-vous réalisé que votre saison était terminée ?

La blessure majeure était la première. Après cela – au bout de trois mois – j’ai pensé que ce serait la même chose qu’avant. Mais j’ai perdu la force de mon épaule droite et c’était très difficile pour moi de m’entraîner en salle.
Mentalement, c’était difficile, mais avant le GP de Catalogne, je me sentais à nouveau fort – et puis j’ai encore chuté. La chute a également fait souffrir à nouveau mon épaule et il était alors difficile de travailler le haut du corps à l'entraînement.

- Après ces revers, la victoire de Sepang était encore plus importante.

C'était important. J’étais très concentré sur mon objectif ce week-end. J'ai remarqué samedi que mon rythme était rapide. Alors je me suis dit : 'D'accord, je peux gagner demain.' Je me suis lancé dans la course avec cet objectif et rien d'autre. Mon objectif n’était pas de monter sur le podium, je voulais juste gagner à nouveau.
J'ai vu qu'Alex Márquez était proche tour après tour – une fois 0,7 seconde, puis 0,5, puis encore 0,7. C'est pas passé loin. J'ai attaqué fort à la fin – même au-delà de la limite – et nous y sommes parvenus.

- Dans quelle mesure était-il important que Ducati vous accorde sa confiance ?

C'est très important pour moi car la confirmation de Ducati signifie : "D'accord, nous sommes derrière vous." Vous connaissez mon potentiel, tout le monde chez Ducati, et l'année dernière, ce potentiel ne s'est pas révélé. Finalement, je l'ai fait, mais j'étais toujours en retard à cause des blessures. C'était juste très difficile. Mais Ducati m’a toujours soutenu et désormais mes relations avec mon chef d’équipe et tous mes ingénieurs sont très bonnes. Je suis heureux d'être dans cette équipe.

- Auriez-vous pu vous battre pour le titre mondial 2023 sans ces blessures ?

Cela aurait été très difficile car la moto 2022 (la GP21) était très bonne et était amusante avec mon style de pilotage. La moto 2023 était plus difficile à pousser dans ses derniers retranchements. C'était étrange car l'une de mes forces est l'entrée dans les virages et avec la GP23, c'était difficile à comprendre.
Mais au final, ça a bien fonctionné. J’ai été compétitif en Malaisie et au Qatar parce que nous avons compris quelque chose. L’équipe me connaît aussi mieux. Mais oui, il aurait été difficile pour moi de remporter le titre, même sans les blessures.
17 vues0 commentaire

Comments


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page