top of page

Alvaro Bautista : "Toprak ne m'a pas laissé une seconde de répit".



Si on s'arrêtait aux statistiques d'Alvaro Bautista et qu'on ne regardait pas le classement final du championnat du monde, une seule conclusion s'imposerait, c'est que le pilote espagnol a été seul au monde toute la saison.


36 courses

27 victoires

31 podiums

23 meilleurs tours en course

628 points sur 744 possibles.

Soit 84,4% des points disponibles pour la victoire.


Sauf que les chiffres sont trompeurs car un pilote l'a talonné toute la saison et le moindre faux pas de l'espagnol pouvait voir revenir son adversaire.


Et après quelques grands prix de rodage, Toprak Razgatlioglu est devenu un monstre de régularité, au point d'approcher le record de podiums dans une saison détenu par Rea avec 34.


36 courses

7 victoires

33 podiums

552 points

Soit 74,1% des points disponibles pour la victoire.


Et cet écart de 76 points à la fin de la saison est un peu trompeur car Toprak a payé cher l'explosion de son pneu arrière sur le circuit de Most alors qu'il était en tête, Pirelli ayant détecté un problème de pneu.


Toujours est-il que jusqu'au dernier grand prix, après la mi-saison, Bautista n'a jamais eu un week-end d'avance au championnat malgré des statistiques exceptionnelles.


Alvaro nous nous parle de l'intensité de cette lutte :


Mon combat pour le championnat avec Toprak cette saison a été difficile, surtout dans la seconde moitié de la saison. Toprak était très fort. Il n'a jamais commis d'erreurs. J'ai eu un record de victoires cette saison mais il a quand même gardé le titre en vie jusqu'au dernier week-end. Cela signifie que sa performance a été incroyable.
Quand on se bat avec lui pour le Championnat, on ne peut pas dire 'd'accord, aujourd'hui je suis arrivé deuxième, j'ai pris des points', car il est toujours là. C'est pour ça que j'ai dû passer toute la saison en attaque. Je fais de mon mieux, sans jamais me détendre et toujours à la limite.
À Portimao, surtout dans la course 2, j'ai dit à tout le monde que je ne voulais pas penser au Championnat, je voulais juste me battre jusqu'au bout et faire le maximum. Pour moi, c'était facile de terminer deuxième et de ne rien risquer. Ce n'est pas ma mentalité. Quand vous gagnez et que vos rivaux ont le talent de Razgatlioglu et Rea, il est plus important de gagner comme ça. Je suis très fier de la façon dont j'ai su gérer la situation et les courses.

Ci-dessous l'arrivée de la course 2 à Portimao :



19 vues0 commentaire

Comments


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page