top of page

Alex Marquez : "La vitesse est là mais moins les résultats".



Au moment de la reprise du Moto Gp à Silverstone, faisons le point sur la saison d'Alex Marquez.


Et le bilan est contrasté, souvent aux avant postes le vendredi et le samedi, moins en course.


Mais il faut reconnaître que ce bilan a été entaché par 3 abandons qui ne sont pas de son fait.


Deux chiffres prouvent ce contraste, Alex Marquez est 4ème au BWM Awards (classement des qualifications) et 10ème au championnat du monde.


Alex Marquez nous donne ses sentiments sur cette presque première moitié de saison :


Alex, les résultats de la première partie de saison ne reflètent pas tout à fait ce que tu as montré sur la piste.

Cela arrive parfois. Les trois zéros, qui ne sont pas de notre faute, pèsent lourd, surtout dans les deux courses longues. Ce sont des choses qui arrivent, mais bien sûr, en Coupe du monde, elles vous tirent vers le bas. Mais je reste positif car la vitesse est là. Cela me donne de la sécurité. A part ça, ça ne sert à rien d'y penser plus longtemps car on ne peut plus changer les choses de toute façon.


En quoi la Ducati est-elle particulièrement forte ?

Pas mal de choses ! Mais je ne peux pas distinguer une chose en particulier. Je pense que c'est tout l'ensemble qu'ils ont, comment ils le contrôlent, comment ils fonctionnent, ce que la moto vous donne... Freinage, accélération, stabilité... Je dirais qu'il n'y a pas de point faible. Certains aspects peuvent ne pas être aussi bons, mais d'autres sont très forts. Peut-être avons-nous un peu plus de mal dans les virages, mais nous sommes très bons pour les autres domaines. A vous de savoir comment en tirer le meilleur parti.


Gigi Dall'Igna, patron de Ducati Racing, vous parle-t-il ?

Oui toujours. Après chaque séance d'entraînement, ils viennent voir chaque pilote Ducati dans les stands, lui et son équipe, ils sont toujours trois et ils notent tout ce que je dis. C'est ce qui m'a le plus surpris lorsque j'ai rejoint Ducati. Déjà au test de Valence, quand j'ai roulé pour la première fois, Dall'Igna est venu me voir trois fois. Cela m'a choqué.


Le système japonais est donc complètement différent.

L'organisation, la fameuse organisation Honda.


Avec le recul, avez-vous compris ce qui s'est passé en 2020, donc vous saviez avant le début de la saison que vous passeriez à l'équipe client l'année d'après ?

Cela m'a d'abord mis en colère, je ne le comprenais pas. Ensuite, j'ai compris qu'une décision devait être prise en raison de la situation qui s'était produite avec la pandémie corona. Quand j'ai obtenu les podiums, j'étais de nouveau en colère. Je me suis dit: "Maintenant, nous avons créé une bonne ambiance ici et je me sens bien, pourquoi changer au lieu de poursuivre un développement constant...


Était-ce un moment difficile mentalement ?

Un peu, oui. Je ne l'ai pas très bien géré en 2021. Je suis devenu un peu obsédé et je me suis mis sous pression parce que j'ai toujours voulu être en avance sur les motos d'usine et je me suis un peu perdu en chemin. Puis je me suis calmé à nouveau, mais je dois admettre que ce n'était plus jamais pareil.


La bonne chose est que ce chapitre est maintenant clos.

Oui, terminé mais pas oublié. Je dis toujours que j'en ai beaucoup appris. C'était dur, mais j'avais les bonnes personnes autour de moi qui m'ont beaucoup aidé.


Propos recueillis par Speedweek.




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


justbiker-footer.jpg
footer_justbiker.jpg
bottom of page